Le fossile de dinosaure…

L’article de National Geographic:

Exclusif : le fossile de dinosaure „le plus impressionnant qu’on ait jamais vu“

Au cours de son illustre carrière, Robert Clark a réalisé plus de 40 photo-reportages pour le magazine National Geographic et s’est spécialisé dans la photographie des prémices de la vie et de la civilisation. Il a capturé les magnifiques fossiles des dinosaures à plumes découverts en Chine, observé des chercheurs procéder à l’autopsie d‘ Ötzi, « l’homme des glaces » (la célèbre momie congelée âgée de 5 000 ans) et réalisé des portraits intimes de personnes ayant vécu et disparu il y a 2 300 ans, dont les visages parcheminés avaient été conservés dans un marécage.

 

En revanche, lorsqu’il s’est rendu en décembre dernier au Musée Royal Tyrell de paléontologie d’Alberta au Canada et a posé ses yeux pour la première fois sur son nouveau sujet, il s’est esclaffé.

 

Le photographe fixait un fossile de nodosaure, un type de dinosaure cuirassé herbivore, vieux de 110 millions d’années. Son refuge sous-marin avait permis de fossiliser l’armure du dinosaure, des taches de sa peau, une partie de ses tissus mous, jusqu’aux potentiels restes du dernier repas du dinosaure.

 

Découvert par un mineur attentif en 2011 et dévoilé publiquement le 12 mai 2017, ce fossile représente le nodosaure le mieux conservé jamais observé et sans aucun doute l’un des fossiles les plus saisissants d’un point de vue visuel déterrés depuis des décennies.

 

« On aurait cru à un dragon tout droit sorti de Game of Thrones », affirme Robert Clark. « Il était exceptionnel, digne d’un accessoire de film ».

 

Stupéfait par la qualité de sa conservation, il s’est efforcé de rendre justice à ce fossile dans le numéro de juin 2017 de National Geographic, en prenant soin de mettre en lumière les moindres détails de ce spécimen.

 

« On peut dire qu’il s’agit du fossile le plus impressionnant que j’aie jamais vu, et j’ai pourtant vu beaucoup de fossiles incroyables » affirme-t-il. « C’est d’un tout autre niveau. »

 

Robert Clark déclare qu’il se sent investi d’une mission : celle de rendre compte du fossile pour la postérité. Il est probablement l’un des rares photographes autorisés à photographier le spécimen sans vitre protectrice.

 

Outre les preuves de la valeur scientifique du fossile, il a conscience du potentiel de sa photographie à saisir l’imagination du public, en particulier des enfants (dont certains, ajoute-t-il, en savent sans aucun doute plus sur les dinosaures que lui-même).

 

« Ma fille a huit ans et j’ai montré à certains de ses camarades de classe les photos », explique-t-il. « Ils en ont eu (il fait un bruit d’explosion) le souffle coupé. »

Quelle: National Geographic

Quelle: National Geographic mit deutschem Text

0 Antworten

Hinterlassen Sie einen Kommentar

Wollen Sie an der Diskussion teilnehmen?
Feel free to contribute!

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.